Ouverture de l'année St Bernard

 Le Bien Public - 5 mai 2003


Ad Jesum, per Mariam

 

850e anniversaire de la mort de saint Bernard

Certes, ce n'était pas le retour des pèlerinages d'antan sur la colline fontenoise, avec faste et foules. Mais les cérémonies d'hier, pour l'ouverture de l'année saint Bernard, ont revêtu une solennité et une ferveur particulières.

Autre temps, autres mœurs . En 1891 et 1953, pour les huitièmes centenaires de la naissance et de la mort de saint Bernard, les cortèges partaient de Saint -Bénigne et montaient jusqu'à la colline fontenoise, lieu de naissance du grand religieux bourguignon. On a parlé de 35 000 pèlerins !

Hier, Fontaine célébrait l'ouverture de l'année saint Bernard, à l'occasion du 850e anniversaire de sa mort (Clairvaux, 1153). Les manifestations furent sans doute moins grandioses qu'autrefois, mais la dévotion et le recueillement n'avaient rien perdu de leur poids. L'église Saint-Bernard, décorée de bannières et de blasons, était comble le matin. La messe y était célébrée par Dominique Garnier, le prêtre de la paroisse fontenoise, avec la présence du chœur des Ambrosiniens que dirige le père Marc Robin. « Bernard, bienvenue dans ta maison! », a dit le père Garnier en débutant l'office.

L'après-midi vit l'inauguration de l'exposition Les Vierges au manteau en Bourgogne, une initiative des Ambrosiniens. Une trentaine de photographies sont montrées en l'église Saint -Bernard représentant statues, peintures, bas-reliefs, vitraux... de toutes époques. Ces Vierges de miséricorde sont un thème iconographique cher aux cisterciens. Le songe d'un moine en serait à l'origine. Il se voyait arriver au Paradis où aucun cistercien n était présent. Devant son angoisse, la Vierge le rassure et lui dit : " Je les aime tant mes cisterciens que je les couve sous mes bras ». Et elle lui montre une multitude de moines sous la protection de son ample manteau.

Le grand reliquaire de saint Bernard, contenant une côte du religieux, prêté par le musée d'Art sacré de Dijon, accompagnait ensuite une première procession. On y chanta les Litanies de la Vierge, depuis l'église jus-qu'à la grotte du Bois des Pères.

Le concert spirituel des Ambrosiniens rassembla à nouveau les participants à l'église: Jam Regina, un hymne marial et bernardin, au programme. La journée devait se prolonger par les Leçons du Père Placide, archiviste de l'abbaye de Cîteaux, par une seconde procession et par les complies cisterciennes.

Bien Public le 5 mai 03

Retour